Afficher tous les 5 résultats

Plus de places
01Oct

Histoire – Histoires L’Occident et le Japon

1 octobre 2019
10,00 

1543 : sur l’île de Tanegashima, un étrange navire aborda sur les côtes nippones. Le Japon va alors s’ouvrir au commerce avec les Portugais et se tourner avec intérêt vers le christianisme développé par l’ordre des Jésuites.
1640 : le Japon se ferme aux influences étrangères. À Dejima des marchands hollandais eurent cependant le droit de poursuivre un commerce limité.
1853 : le Japon s’ouvre à nouveau à l’Occident avec l’arrivée des vaisseaux de l’amiral Perry et les traités commerciaux qui s’ensuivirent.
1867 : début de l’Ère Meiji, le Japon va peu à peu basculer dans la modernité.
XXe siècle : le Japon est devenu une grande puissance moderne. Mais ce sera aussi le temps des guerres : Corée – Chine – Russie – Occident.

Plus de places
15Oct

L’or et la Croix au pays du Soleil Levant

15 octobre 2019
10,00 

En 1541, un navire portugais fait naufrage sur les côtes japonaises. De cet évènement va naître toute une aventure économique, politique et spirituelle. Les Portugais amèneront avec eux, non seulement des marchandises précieuses qui permettront le développement d’un commerce florissant, mais aussi les Jésuites, menés par saint François-Xavier, chargés de convertir les Japonais à la foi catholique.
Ces immenses navires, ces étrangers aux moeurs curieuses, ces religieux aux longues silhouettes noires, ces merveilles venues d’Inde, de Perse ou de Chine, vont fasciner les Japonais qui en feront les sujets du décor des paravents dits “paravents aux Portugais”.

Plus de places
05Nov

Conférence d’Annie Shibata – Les laques japonais

5 novembre 2019
10,00 

L’histoire des laques japonais remonte à la nuit des temps. Très prisés par les aristocrates européens
dès la fin du XVIe siècle, appréciés par le cardinal de Mazarin et Marie-Antoinette, ils sont peu connus en Occident aujourd’hui. Pourtant l’art du laque et de sa décoration reste l’art traditionnel
japonais le plus somptueux. Des premières
statues religieuses au VIIIe siècle aux casques médiévaux des samouraï jusqu’aux objets de décoration ou de la table, les laques produits de nos jours, colorés ou décorés avec des métaux précieux ou de la nacre à l’aide de techniques sophistiquées, sont de petits chefs-d’oeuvre toujours très appréciés des Japonais.

Plus de places
12Nov

La fièvre du japonisme arts décoratifs et architecture

12 novembre 2019
10,00 

Laques, soies et porcelaines, objets d’art, paravents et estampes vont affluer en Europe et aux États-Unis. À ces sources lointaines, les arts décoratifs vont puiser des motifs, mais aussi des techniques et des solutions formelles inédites.
Les architectes vont se passionner pour la maison japonaise entièrement réalisée avec des éléments préfabriqués et standardisés. En Angleterre le mouvement Arts and Crafts résonnera de cette approche. Les formules géométriques simples se retrouveront dans les bâtiments de Charles Rennie Mackintosh, Josef Hoffmann et Adolf Loos. Frank Lloyd Wright aura cette préoccupation d’intégration au paysage environnant si enracinée dans la volonté des Japonais à être en harmonie avec la nature. Le Corbusier appliquera la « coordination modulaire » en référence au Japon, notamment avec l’emploi du tatami comme instrument de mesure systématique.

19Nov

Des estampes japonaises à la Modernité qui s’invente

19 novembre 2019
10,00 

Manet – Monet – van Gogh – Degas et les autres.
À compter de l’Exposition internationale de New York en 1853, des estampes japonaises rapportées par les marins dans leurs malles commencèrent à parvenir dans certains pays d’Occident.
Les années 1870 verront alors l’éclosion du japonisme, l’enthousiasme gagnant tous les ateliers « avec la rapidité d’une flamme courant sur une piste de poudre ».
Pour la seconde moitié du XIXe siècle, le Japon va être « l’équivalent de la découverte d’un continent esthétique nouveau ».
Avec les estampes (Hokusai, Hiroshige …), les peintres découvrirent des propositions originales en matière de couleur, de dessin, de mise en page, de perspective ou de format qui, combinées à d’autres influences, celle de la photographie naissante notamment, allaient produire des bouleversements radicaux dans l’ordre visuel.